Art

Cette année, Carte Blanche est donnée à Alexia Fabre et Frank Lamy pour la dixième édition de la Nuit Blanche ce samedi premier octobre. Gouru se charge pour vous de sélectionner les perles à ne pas manquer : faites de beaux rêves...

"Le 1er octobre 2011, Nuit Blanche prend ses quartiers dans un Paris poétique et artistique. Investissant des lieux divers, chaque nouvelle situation, insolite et décalée, promet une rencontre intrigante avec les oeuvres, des expériences communes et partagées, idées et convictions que nous défendons au MAC/VAL depuis sa création.

La programmation artistique se déploie de l’intime au spectaculaire. Chaque projet de ce parcours nocturne s’élabore dans un dialogue fort et signifiant avec les particularités des lieux qui les accueillent. Une trentaine d’artistes venus du monde entier (du Québec à l’Allemagne, de la Finlande au Japon, de Buenos Aires à Paris) est réunie. Cette édition 2011 se déploie dans son coeur historique, dans et autour de l’Hôtel de Ville, où les lieux associés sont chaque année plus nombreux. L’autre coeur de cette nuit se situe au nord ouest de Paris dans des quartiers aux histoires et architectures multiples et qui, reliés dans ce parcours artistique, construisent une grande promenade nocturne et piétonne. Des Batignolles à Anvers, de Montmartre à la Nouvelle Athènes en passant par Pigalle, ce sont aussi des situations spatiales singulières qui définissent des projets artistiques intimes, déployés dans l’espace, collaboratifs parfois. Cette édition est sous-tendue par plusieurs fils rouges. Si les relations individu/collectif constituent un axe de réflexion, le Temps (la durée, l’éphémère, l’immédiat et le lointain) devient lui aussi matière, sujet des oeuvres, il devient traces et fait mémoire comme Nuit Blanche fabrique, au-delà de sa durée, des souvenirs. L’enfance, la musique, l’espace sont souvent des révélateurs pour conjurer le Temps, le ralentir, le retenir ou le suspendre, en déjouer les effets et le dé

Si le Temps engendre souvent un vertige car il dépasse l’entendement humain, le réel reste cependant profondément présent dans les oeuvres : même si la poésie, la métaphore sont ici convoqués, c’est bien ancrés dans le réel, social et politique, que les artistes situent leurs recherches. C’est donc dans cette expérience de l’éphémère et de la construction de l’image que les artistes nous entraînent, pour une nuit, à voir le monde autrement."

Alexia FABRE et Frank LAMY, directeurs artistiques de la dixième édition de la Nuit Blanche.


A cette occasion, Gouru a sélectionné pour vous ses six coups de coeurs, que nous vous exhortons à découvrir à-travers les lignes qui suivent...



Pierre Ardouvin


Pierre Ardouvin
Né en 1955 en France
Vit et travaille à Paris

Purple Rain, 2011
Installation

Pierre Ardouvin met en scène les obsessions et les échecs de nos histoires, collectives et individuelles. Après le « Bal perdu » en 2004 et « L’éclair dans la nuit » repris durant Nuit Blanche 2009, il revient avec un nouveau projet intitulé « Purple Rain », inspiré de la chanson de Prince (1984) et du film éponyme réalisé par Albert Magnoli. Sous une pluie artificielle, le visiteur, un parapluie à la main, est invité à faire l’expérience de la Couleur. Un environnement recréé, tel un plateau de cinéma, qui change notre rapport aux éléments et interpelle notre mémoire collective.

Hôtel d’Albret
31 rue des Francs-Bourgeois - Paris 4e
M° Saint-Paul
De 19 à 7h

www.pierreardouvin.fr



Vincent Ganivet


Vincent Ganivet
Né en 1976 en France
Vit et travaille à L’Île-Saint-Denis

Caténaires 4.1.2, 2011
Sculpture

Diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 2003, Vincent Ganivet crée des oeuvres à partir de matériaux bruts et d’objets du quotidien. Dans la cour de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris, l’artiste présente une sculpture en parpaings, constituée d’arches autoportantes de différentes hauteurs, à la limite du point de rupture et de l’effondrement. L’oeuvre, surprenante et paradoxale à plus d'un titre, joue sur les différents points de vue, les effets d’échelles et de proportions. C’est toute l’histoire de la sculpture et de l’architecture qui est ainsi convoquée.

Bibliothèque historique
de la Ville de Paris

24 rue Pavée - Paris 4e
M ° Saint-Paul
De 19h à 7h

www.vincentganivet.fr



Fabrice Hyber


Fabrice Hyber
Né en 1961 en France
Vit et travaille à Paris

« Arrghh, Boïng, …Zzzzz », 2011
Installation

Dans un savant mélange de prolifération et d’hybridation, Fabrice Hyber multiplie les oeuvres « en rhizomes ». Conçu spécifiquement pour l’occasion « Arrghh, Boïng, …Zzzzz, » réunit une cinquantaine de « Hyber-Héros » dans les allées du parc des Batignolles. De Superman au Père Noël, en passant par Hello Kitty, Karl Lagerfeld, Sherlock Holmes, Blanche Neige, Harry Potter ou Ted-Hyber…, Fabrice Hyber propose une typologie onirique de la figure du Héros. Entre performance et image, dans la tradition des tableaux vivants, le jardin se peuple le temps d’une nuit de présences fantasmatiques et de situations pour le moins improbables.

SQUARE DES BATIGNOLLES
Place Charles Fillion - Paris 17e
M° Rome / Brochant / La Fourche
De 20h à 6h

www.hyber.tv



Mircea Cantor


Mircea Cantor
Né en 1977 en Roumanie
Vit et travaille à Paris

The landscape is changing , 2003
Vidéo

Mircea Cantor interroge la réalité du pouvoir et les illusions de l’Occident néo-libéral. À l’IVT, l’artiste présente une vidéo intitulée « The landscape is changing » (2003). La caméra suit un groupe de manifestants silencieux dans les rues de Tirana, brandissant en lieu et place des banderoles habituelles, de grands miroirs qui reflètent la ville alentour et ses façades colorées. Une interrogation sur le régime de réalité fabriqué par l’histoire et le pouvoir des images, qui acquiert une dimension toute particulière dans ce lieu laboratoire et point de rencontres entre les cultures sourdes et entendantes.

IVT (International Visual Theatre)
7 cité Chaptal - Paris 9e
M° Pigalle
De 19h à 7h

www.mirceacantor.ro



Sigalit Landau


Sigalit Landau
Née en 1969 en Israël
Vit et travaille à Tel-Aviv

Barbed Salt Lamps, 2007
Installation

L’artiste israélienne Sigalit Landau aborde les notions complexes de frontière, d’histoire, de mémoire et d’identité. La mer Morte est ainsi au coeur du travail de l’artiste : un lieu extrême et fortement symbolique, partagé entre Israël, la Jordanie et l’autorité palestinienne. L’installation de 2007 « Barbed Salt Lamps » est adaptée pour la nef de l’église Saint-Jean de Montmartre. Composée de suspensions en fil de fer barbelés recouvertes de cristaux de sel de la mer Morte, cette oeuvre s’inscrit dans une réflexion poétique et engagée sur un pays à l’avenir incertain, contraint d’évoluer avec les traumatismes du passé. Sigalit Landau représente Israël à la 54e Exposition internationale d’art de la biennale de Venise avec une installation intitulée « One Man’s Floor is Another Man’s Feelings ».


Église SainT-JEAN DE MONTMARTRE
21 rue des Abbesses - Paris 18e
M° Abbesses
De 20h à 7h

www.sigalitlandau.com



John Wood & Paul Harrison


John Wood & Paul Harrisson
Vivent et travaillent au Royaume-Uni

Board, 1993
Vidéo

Dans cette vidéo de 1993, les deux artistes se mettent en scène dans des micro-actions à la fois simples, drôles et dérisoires. L’aléatoire est roi dans ces situations, entre sculpture et performance.

Kadist Art Foundation
21 rue des Trois Frères - Paris 18e
M° Abbesses / Anvers / Pigalle
De 19h à minuit

www.kadist.org



LIENS :

Site officiel de la Nuit Blanche
www.nuitblanche.paris.fr

 


A lire également...


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *