Podcast

Podcast 44 Heron

Il y a de ces petits labels dont on entend souvent parler mais que nous avons rarement l'occasion de voir en live. Limikola, fondé par Heron, nous surprend sortie après sortie. A l'identité résolument Techno, le label fait pourtant preuve d'une ouverture assez rare. Le boss passe derrière les decks.

- Quand as tu commencé à mixer et à produire de la musique ?

C'était aux alentours de 1998, j'avais eu un accident de vélo horrible et un mec que je connaissais par des amis en commun m'avait ramené en voiture. Il était la seule personne de notre village et aux alentours à posséder une table de mixage, et bien sûr des vinyles. Tout à commencé à cette période, mais j'étais vraiment un super mauvais Dj. La plupart des gens étaient dégoûtés quand je jouais chez eux.
La première étape dans la production musicale est arrivée en 1999/2000. Mon ami Simon était là dedans depuis un moment et m'a montré comment travailler nos morceaux en se servant d'un logiciel séquenceur.


- Te souviens-tu de ta première sortie et de ton premier set en club ?

Bien sûr. Ma première sortie a été sur le netlabel Japonais Minisome en février 2008. Mon ami Simon m'avait parlé de ce label et du fait qu'ils cherchaient de nouveaux artistes. J'avais déjà trois quatre titres de prêt, que je leur ai proposé et ça a marché. Mon second Ep est aussi sorti sur ce label, c'était l'ep Retro qui a eu le soutien de Richie et qui m'a ouvert le chemin, une passion pour la vie.
Mon premier set dans un club… pfiou… J'en ai eu quelques uns à des soirées privées à Thuringe mais ma première apparition sur un flyer a été autour de 2005, une soirée underground à Bochum, près de Münster.


- A quel moment t'es venu l'envie de créer ton propre label ?

Eh bien quand l'ep Retro est sorti et que Richie (ndlr : Hawtin) m'a contacté pour des démos sur M-nus, tout a eu l'air de s'emballer. J'en attendais beaucoup, et je voulais être sur l'un de ces labels. Mais rien ne s'est passé comme ça. Donc j'ai décidé de créer cette plateforme pour mes propres compos et aussi pour de nouveaux talents.


- Quelle est la direction artistique de Limikola ? Quelle image tentez vous de développer ?

Limikola se concentre encore sur ce son techno ''réduit''. Je ne veux pas utiliser le mot commençant par "m". Tous les artistes sont connectés d'une certaine manière. La plupart sont des amis, des collègues ou des producteurs avec qui je suis en contact par des amis. L'idée principale derrière le label est de rester fidèle à la musique et aux connexions qu'il y a entre musiciens.
Concernant la musique, il faut que cela s'accorde. C'est difficile à expliciter. Si j'écoute un titre, une démo, j'ai besoin de sentir ce truc dans mon ventre et de me dire que "c'est ça !".


- Comment un petit label parvient il à rester en vie dans un contexte aussi difficile ?

Vendre de la musique ne veut pas dire que tu deviens un mec riche - en cela Limikola a aussi quelque chose d'idéaliste. C'est une passion, un amour véritable. Et ça n'a rien à voir avec l'argent.
Je dépense aussi l'argent de mes dates pour des coûts liés à ce label qui n'est pas gros, ce qui est normal. Mais j'adore ça. Et je n'arrêterais pas.


- Quels sont les prochain projets sur Limikola ?

Le prochain Ep qui va sortir sera d'IR de Berlin (c'est mon ami Simon). L'Ep s'intitule 808 Horizons, et c'est totalement hors du temps, je vous le promets. (Cliquez ICI pour voir le teaser).

La sortie qui va suivre est un gros Ep de Lado (FVF Records) qui inclut un sacré remix de Xordo (SCI+TEC). Et en dernier, mais non par ordre d'importance l'animal de la famille Limikola, Nebes. Son titre ''Ensampled'' a été un succès tel qu'on a décidé de le remixer. Les premiers confirmés pour le faire sont Danny Benedetti et Tomas More (Item & Things)

 

Podcast 44 Heron

 

LIENS :

Limikola
Site
Soundcloud
Facebook

Heron
Facebook
Soundcloud

S'abonner à notre Podcast
iTunes


A lire également...


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *